L'hygiène au bureau: Bases

Selon la définition de la Société allemande pour l'hygiène et la microbiologie, l'hygiène est « l'enseignement de la prévention des maladies et la conservation, la promotion et la consolidation de la santé ». Elle comprend les mesures pour prévenir les maladies infectieuses telles que le nettoyage, la désinfection, la stérilisation et la quarantaine.

Ces dernier temps, des chiffres de plus en plus alarmants proviennent du domaine clinique. Selon les données actuelles du Centre de référence national pour la surveillance des infections nosocomiales, 3,5 pour cent des patients contractent une infection dans les hôpitaux en Allemagne. Cela équivaut env. à 400 000 jusqu'à 600 000 infections dans les hôpitaux par an, dont 7500 à 15.000 meurent. Les bactéries telles que l'Escherichia coli, le Staphylococcus aureus ou les entérocoques qui se développent sur la peau et dans les intestins chez l'être humain provoquent en cas de système immunitaire affaibli des infections des plaies, des inflammations de la vessie et des infections des voies respiratoires jusqu'à la congestion pulmonaire. Si ces agents pathogènes parviennent dans le sang, il y a un risque d'intoxication mortelle.(1)

20 à 30 % de ces infections nosocomiales et des cas mortels seraient évitables avec un meilleur respect des règles connues de l'hygiène contre les infections. Il est en outre aggravant que de nombreuses infections dans les hôpitaux soient causées par des agents pathogènes résistants contre les antibiotiques et par conséquent à peine traitables.(2) Les mesures d'hygiène préventives ont ici une importance vitale au sens propre du terme.

REISS SmartClean

Télécharger REISS SmartClean.pdf
REISS SmartClean
PDF, 296.5 Ko

Contact
Téléphone: + 4935341 48-360
Télécopieur: +49 35341 48-368
Courrier électronique: info@reiss-bueromoebel.de

Projet commun Hybau+ hygiène de construction à l'hôpital

Indépendamment des obstacles administratifs dans les établissements de santé allemands et de la mise en œuvre insuffisante de la loi de protection contre les infections, les représentants de la science, de l'industrie et du domaine clinique se sont réunis pour lutter autrement contre le risque d'infection. Les processus constructifs fonctionnels pour la sécurité de l'hygiène ainsi que l'utilisation optimale de matériaux à l'hôpital sont l'objectif de cette recherche. Entre autres, les conditions constructives, techniques et du côté de l'équipement, qui contribuent à « éviter et à minimiser le risque de transmission de germes en touchant des surfaces de contact immédiates dans la zone pour les patients et pour les visiteurs  » devraient être créées.

L'équipe de recherche combine les trois disciplines, la conception du bâtiment, la planification de l'hygiène et la science des matériaux. Entre autre, une équipe de recherche ayant beaucoup de pratique provenant des opérateurs d'hôpitaux, des producteurs de matériaux de construction et de matériel ainsi que les planificateurs et les fabricants de meubles participent.(3)

Participent entre autres à HYBAU+ au projet commun:

  • Institut für Industriebau und konstruktives Entwerfen (IIKE - Institut pour la construction industrielle et la conception constructive)

  • Institut für Baustoffe, Massivbau und Brandschutz (iBMB Mpa - Institut pour les matériaux de construction, la construction massive et la protection anti-feu)

  • Institut für Hygiene und Umweltmedizin (Charité Berlin - Institut pour l'hygiène et la médecine environnementale)

  • TU Braunschweig

Représentants de l'industrie:

  • Kusch+Co GmbH & Co. KG

  • Odenwald Faserplattenwerk GmbH

  • REISS Büromöbel GmbH

  • Resopal GmbH

  • Vorwerk & Co KG

  • Franz Kaldewei GmbH & Co. KG

  • Meiko Maschinenbau GmbH & Co. KG

  • Objectmöbel-concept UG

  • Saint-Gobain AG

  • Sana Kliniken AG

  • Schön Kliniken GmbH

  • Städtisches Klinikum Braunschweig

  • Architektengruppe Schweitzer & Partner

  • Tarkett Holding GmbH

  • Deutsches Kupferinstitut Berufsverband e.V. (Institut du cuivre association professionnelle (ass; enreg.)

Zone de danger bureau

Les établissements de santé sont évidemment prédestinés pour l'apparition élevée de germes : « Les germes peuvent être partout où séjournent les personnes, par exemple sur les objets qu'elles touchent, les barres de maintien dans le métro, les poignées de porte, les ordinateurs, les téléphones. De nombreux germes s'accumulent justement sur les objets qui sont utilisés par plusieurs », dit le Dr. Ernst Tabori, médecin spécialisé pour l'hygiène et la médecine environnementale.(4)

Après tout, chaque personne « porte » d'après les prévisions jusqu'à env. 2 kilogrammes de microbes. Certes, les germes ne sont pas répartis de manière dense sur le corps - peu vivent en comparaison dans la cavité buccale, beaucoup particulièrement dans les intestins. Cependant, à peine un petit morceau de peau est tout à fait exempt des minuscules colocataires. Ils colonisent les muqueuses nasales, le cuir chevelu et les bouts des doigts - et là où la personne séjourne, elle laisse des traces sous forme de microbes.(5)

Pour cette raison, la plupart des microbes trouvés dans les bureaux proviennent des personnes. Cela devient particulièrement dangereux quand les collaborateurs vont malades au travail, car le bureau devient alors une véritable plaque tournante pour les germes infectieux: Beaucoup vont au travail en dépit d'une toux ou d'un rhume, seulement pour montrer qu'ils sont aussi vraiment malades. Le problème en l'occurrence : « Ce comportement est copié par les autres, ce qui fait qu'encore plus de collaborateurs se contaminent et manquent », dit l'infectiologue. Selon Tabori, il s'agit ici d'un changement dans la structure de l'entreprise. Rester à la maison en cas de maladie devrait être classé et encouragé comme action consciente de la responsabilité. « Car, en résumé cela épargne à l'entreprise de nombreux jours d'absence dus à la maladie ». Il est difficile de dire combien de temps les germes pathogènes survivent sur les objets. Les norovirus peuvent ainsi survivre jusqu'à quinze jours dans des conditions appropriés – certaines spores de bactéries même durant des années. « Concernant les virus de l'influenza, les agents pathogènes de la vraie grippe, ceci vaut : Plus il fait frais, plus longtemps ils restent infectieux », dit Tabori. À une température ambiante de 20 degrés Celsius, ils sont inactifs en l'espace de deux à huit heures maximum.

Il est d'autant plus étonnant que les mesures d'hygiène simples, mais efficaces ne soient pas appliquées : se laver les mains correctement (30 s), ne pas manger sur le lieu de travail, essuyage régulier e tous les objets de bureau utilisés en commun, le remplacement à court terme des chiffons de nettoyage, des serviettes et des chiffons secs, ventilation suffisante etc.

Les meubles de bureau développés par REISS sont conçus de manière à soutenir et à promouvoir la santé et la performance durant le processus de travail. Pour cette raison, REISS a participé au projet HYBAU +. Tandis qu'avec les tables debout/assises de REISS des lieux de travail ergonomiquement optimaux ont été créés, les produits de REISS offriront à l'avenir aussi une protection contre les infections sur le lieu de travail.

Points de rencontre préférés pour les microbes

Tasse de café
Ne boire en aucun cas dans la tasse du jour précédent: Là, 866 bactéries vous attendent par centimètre carré. La tasse de café est ainsi tente sept fois aussi colonisé qu'un siège de toilettes !

Téléphone
Environ 1600 bactéries suivent vos appels. Sur la surface comparable d'un siège de toilettes, seulement 60 s'y trouvent.

Sac à main
Un endroit sombre avec un facteur de siège de toilettes de 19.

Bureau
Ici, seulement non seulement quatorze fois plus de bactéries se développement que sur un siège de toilettes, mais en outre la variété est aussi considérablement plus élevée avec 500 types de microbes.

Bouton d'ascenseur
Prendre l'escalier est plus sain. Car, une fois que vous avez appuyé sur le bouton, vous avez immédiatement des centaines de nouveaux amis. Dix fois plus que sur un siège de toilettes.(6)(7)

1 Readers Digest 11/12 Anke Nolte Wenn das Krankenhaus krank macht
2 Bundesministerium für Gesundheit 2011-03 Infektionsschutzgesetz
3 www.tu-braunschweig.de/iike/forschung/gesundheitsbau/hy
4 Apotheken Umschau 21.01.2016
5 Süddeutsche Zeitung 31.05. 2012 Katrin Blawat Keime am Arbeitsplatz
6 Frauenzimmer.de 10.08.2016 Keime im Büro
7 Stern.de 4.10.2015 Keime im Büro

REISS SmartClean

POSTES DE TRAVAIL

REISS SmartClean

Antibactérien Efficace sur les surfaces pour une protection fiable.